martedì 26 novembre 2013

Les Antiques, di Patrice contamine

Les Antiques

Oblique et coupant l’ombre un torrent éclatant
Ruisselait en flots d’or sur la dalle polie
Où les atomes d’ambre au feu se miroitant
Mêlaient leur sarabande à la gymnopédie…
Patrice Contamine

Jeunesse! Jeunesse

Nessun commento:

Posta un commento